Iroha -La Quarta Corda

 Magnifique fusion de 2 arts traditionnels japonais . Shibari, kinbaku avec les cordes d’Andrea de  » La Quarta Corda »et l’encre de calligraphie de Sho 良友 illustrant le poème Iroha . Ancient poème japonais datant de l’ère Heian , à propos du  » Mujo » l’impermanence de toute chose , concept fondamental dans le Buddhisme

Iroha

 Traduction du poème tracé sur le corps du modèle : Même les fleurs colorées et parfumées sont vouées à se disperser . Qui dans notre monde est inchangeable?

Aujourd’hui j’ai croisé les profondes montagnes de l’existence évanescente. Je n’aurai pas de rêves superficiels ni n’en serai troublé.

Petit texte érotique pour confinés isolés

En cette période d confinement, certains célibataires ou couples géographiquement éloignés n’ont que la masturbation comme moyen de répondre à leur libido . 60% des hommes auraient besoin d’un support pornographique pour s’y adonner pleinement .Merci certains sites de pornographie en ligne d’offrir gratuitement ou avec un tres forte réduction leur accès en cette période particulière . Autre moyen facilitateur grâce aux chats vidéos et le plaisir de donner et recevoir le plaisir de chacun ( à noter l’augmentation de vente de sex-toys) .  D’autres n’ont besoin d’aucun support visuel ou auditifs , faisant simplement appel à leurs fantasmes , dénotant une richesse de leur imaginaire érotique .

Lo(u)ve se propose de recommencer à vous offrir quelques petits textes érotiques pour contribuer au mouvement de solidarité .

Continuer la lecture de « Petit texte érotique pour confinés isolés »

Branler les neurones du désir – Dialogue

Dialogue à brule pourpoint et désir incendiaire entre 2 êtres à la sensualité et sensorialité exacerbées. On dit que la parole est d’argent et le silence d’or. Ici en l’occurrence , la communication de ces corps et esprits connectés dévoile l’impédance d’une alternative aux ébats où l’intendance de la routine ou du poids éducatif musèlent l’expression libre et sans tabou.

 -Je suis dans l’envie d’effleurer ce coquillage, ce petit con, ce délinquant juvénile  tout fermé mais avant de te mordiller les lèvres , de les humidifier, d’en laper une , la gober entre les miennes  et aspirer , te faire sentir l’envie que j’ai de faire subir ce même doux supplice à ton clito, le sentir grossir et rouler sur ma langue. J’ ai faim de toi , mais vais prendre mon temps . J’ ai envie de me délecter de toi.

Continuer la lecture de « Branler les neurones du désir – Dialogue »

Festin de chatte

 Ils s’étaient attendus , désirés depuis tant de temps . Ils s’étaient espérés chauds comme la braise sans limite, sans tabou, Ils se « voulaient » l’un à l’autre, l’un dans l’autre , l’un pour l’autre dans la plus pure lubricité charnelle au-delà de tous leurs fantasmes. Elle chatte mutine, lui grand carnassier allaient enfin se retrouver.

Continuer la lecture de « Festin de chatte »

Comptine du loup contre la fuite du Temps

Tu me dis :  » Je vais disparaitre.  » Cette menace retentit comme un coup de gong, un uppercut en plein visage, comme une avalanche mortelle , un tsunami emportant tout sur son passage.

Je me noie alors dans un verre d’où les souvenirs émergent. Tel un iceberg sous l’effet du réchauffement climatique, je fonds en pluie des yeux, en brumes éthyliques, assaillie par les images mentales imprégnées de toi, récurrentes, obsédantes. Mon corps, lui aussi , se rappelle chaque caresse, chaque étreinte, chaque désir exprimé, dessiné, gravé maintenant dans la pierre du cœur et de l’âme. Rappelle-toi aussi de cette dernière rencontre chair à chair, volupté à désir, jouissance à plaisir, réalité à fantasme et plus encore !

Je me perds à t’aimer au-delà de l’art du sensuel éprouvé, du sexuel irraisonné, d’une initiation renouvelée de sexe tendre, de tendresse crue. Tu  aimes tes  » femmes », tes  » chéries », tes douces , tes ….et me gagnes à les aimer aussi et à me perdre. Accroche- toi à moi, je te serre fort et je t’enlace de mes cuisses quand tu te sens attaché ailleurs. Je ronge de mes crocs le nœud gordien qui t’enchaîne à tes incertitudes, tes maladresses, tes doutes, à ce « vouloir faire le bien à tout prix ». En dénouant l’inextricable, je glisse et perds le fil. La lame du rasoir sectionne net une virtualité éthérée et ta douce réalité naît d’une parole malheureuse, d’une magie tronquée, trompeuse censurée , sans sûreté. Autant d’estafilades que nos désirs frustrés, que nos plaisirs retenus, que nos rendez-vous ratés et pourtant …..

Continuer la lecture de « Comptine du loup contre la fuite du Temps »

Chienne de vie, pulsion de Louve

La vie est une  » chienne » accrochée à une chaîne. Elle porte un collier étrangleur . La vie est une louve protectrice ou sauvage , exploratrice et  curieuse . Pulsions de vie, pulsions de mort , je suis ce funambule à l’équilibre précaire oscillant dans ces deux animalités . Tu es un des balanciers ou des ombrelles que je saisis pour traverser cette corde raide tendue entre les mondes et les facettes de moi-même . Me mettre à nu et devenir vulnérable , risquer de me faire domestiquer ou de la raison ne rien accepter et me laisser guidée par l’instinctif et l’impulsif , je bascule sans cesse  attirée par le vide sous mes pieds.

Continuer la lecture de « Chienne de vie, pulsion de Louve »

Enivrance

Envie d’enrouler mes jambes tentaculaires autour de ton cou , d’écarter de ma langue tes lèvres purpurines et de fureter pour en boire toute l’eau. Envie que tu te faufiles dans la grotte à la source claire , entendre entre les clapotis tes petits bruits de succion . Ta bouche chevauche le bouton violacé érigé sur sa tige hors de son capuchon. Elle le happe, elle le lape et l’empale le lustrant.

Continuer la lecture de « Enivrance »