Post-confinement

Trois petits coups martelés à la porte , puis un grattement léger . C’était lui , la façon de s’annoncer . Apres de longues semaines de séparation par ces temps de confinement , ils allaient enfin se retrouver . Elle se dirige lentement vers le hall d’entrée cherchant à canaliser l’excitation, l’envie, le désir qui la submergent.  Se voir, se sentir, se toucher, se gouter et se redécouvrir . Enfin!

Ce moment accroché au temps du manque, de ce vide de l’absence, de ce trop-plein de l’attente qui vous bouffe, vous fait douter de tout et de vous-même.

Continuer la lecture de « Post-confinement »

Sexes Joyaux

Nos sexes sont des joyaux . Nous aimons les polir, les lustrer , les adoucir en les épilant de près . N’y laissant plus aucun poil, faisant disparaitre la toison c’est auprès de ta barbe que je retrouve ce frôlement , ce crissement  quand tu frottes tes lèvres aux miennes oui celles du bas et que ton menton caresse mon pubis .  Cette sonorité feutrée, clapotis mouillé d’une chatte quand on la caresse , quand on y glisse un doigt et qu’on l’agite, bruit de la queue qui y coulisse toute trempée, excitée . Résonnance de succion , musique corporelle et musique sexuelle ponctuée de soupirs , de silence tendu quand  en apnée , de souffles courts et rapides , de sons saccadés avant que de gémir, d’onomatopées ou de cris , de mots distincts doux et crus  tendres et sauvages exprimés par des voix pénétrables . Bouches pleines , langues occupées à tournoyer , à laper , il n’y a plus que le langage des corps , des bouches à sexe, des sexes à perdre haleine , haleter et jouir enfin.
La peau chante quand on la caresse et qu’elle se couvre de sueur en fines gouttelettes , qu’elle ondule dans une vibration, qu’elle se tord , qu’elle gémit et jouit. Orgasme , derniers spasmes . Nos sexes sont des joyaux , nos corps sont les écrins, nos cœurs des coffres-forts. A nous d’éviter d’en perdre les clefs.

Petite mort

Leur relation pouvait être qualifiée d’oxymoresque . Tout comme un clair-obscur, un silence assourdissant , ils alternaient des crises épanouissantes , des rémissions tempétueuses, des accalmies belliqueuses.

Ils se faisaient l’amour en violence et se baisaient voluptueusement: un amour libre, léger et généreux, l’amour sombre, jaloux et infidèle, la baise tendresse, pulsion, baise païenne, mystique, pudique , amour pervers, l’amour à mort à vie.

Continuer la lecture de « Petite mort »

Allumeuse de rêve

La nuit je me vois allumeuse de tes rêves errant sur les courbes et les creux du continent de ton corps. Je chemine sur les berges de la rivière où s’écoule la source de tes passions. J’explore , d’une langue boussole le vallon du menton guettant l’invitation de me perdre dans ta bouche à étancher ta soif d’extase.  Je suis braise et glace, tison qui danse et chante rougeoyant ;

Continuer la lecture de « Allumeuse de rêve »

Iroha -La Quarta Corda

 Magnifique fusion de 2 arts traditionnels japonais . Shibari, kinbaku avec les cordes d’Andrea de  » La Quarta Corda »et l’encre de calligraphie de Sho 良友 illustrant le poème Iroha . Ancient poème japonais datant de l’ère Heian , à propos du  » Mujo » l’impermanence de toute chose , concept fondamental dans le Buddhisme

Iroha

 Traduction du poème tracé sur le corps du modèle : Même les fleurs colorées et parfumées sont vouées à se disperser . Qui dans notre monde est inchangeable?

Aujourd’hui j’ai croisé les profondes montagnes de l’existence évanescente. Je n’aurai pas de rêves superficiels ni n’en serai troublé.