La fessée ..Interdit aux enfants

Lo(u)ve , à l’approche de l’hiver, ne rentre pas en hibernation comme ses amis les ours et c’est plus qu’une fessée qu’elle souhaiterait administrer au chasseur ayant tué une mère ourse dans les Pyrénées , faisant 2 orphelins . Certains experts humains de proclamer qu’ils sont en âge de résister seuls ; l’avenir nous le dira .Mais revenons sur cette punition : la fessée .

Interdiction de violences éducatives ordinaires  en France par une loi du 10 Juillet 2019 publiée au Journal Officiel le 11 suite à une proposition déposée le 17 Octobre 2017 à l’Assemblée Nationale

Article 1 :

Après le deuxième alinéa de l’article 371-1 du code civil, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« L’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques. »

La fessée n’est pas une claque sur le visage . Elle semble viser chez les humains une partie plus charnue du corps humain d’où elle tire la racine de son nom , les fesses . Elle semble administrée soit en réaction à une peur de l’adulte  face à one situation de mise en danger de son petit ou élément de punition , expression souvent d’une incapacité, impossibilité, non maitrise d’excès d’émotion et rupture de communication verbale envers l’enfant .

Moi  Louve , je suis toujours étonnée par les us et coutumes de ces bipèdes qui , rappelons-le, ont rampé avant de nous imiter en quadrupédie ( ce qu’adultes, ils aiment retrouver en levrette)et de se redresser . Un dressage , la fessée ? Oh , non !

Quitte à bousculer certains adultes vanillés qui ont fantasmé sur une étagère entraperçue dans une pièce rouge aux 50 nuances de …Martinet, spatules et autres et n’ont jamais osé en faire la requête à de peur de passer pour des pervers ou pire.Si loin d’ asséner une « rouste » à leurs gamins et peut être une main leste sur leur compagne ou compagnon ..Oh non , via mon langage animal , je parle de cet art , ce plaisir autant à donner qu’à recevoir de la Fessée !

Continuer la lecture de « La fessée ..Interdit aux enfants »

Sex Art, partage érotique et ludique sur la toile

Depuis le temps qu’ils l’attendaient , il était enfin arrivé . Laure et Blue tenaient enfin ce petit paquet commandé sur Internet. Amis, amants, , complices, amoureux de la sensualité , ils aiment explorer ensemble la richesse d’une sexualité joyeuse, épanouie nourrie de leurs fantaisies, envies , désirs sans cesse renouvelées par leur curiosité insatiable de sortir de toute routine. Ils adorent se surprendre et partager des plaisirs nouveaux , stimulant leurs corps et leurs esprits.

Amusés par les émotions et excitations d’une séance de tatouages gourmands et éphémères à base d’une peinture comestible au chocolat , Laure avait trouvé une autre idée d’art corporel dynamique, sensoriel et sensuel à expérimenter : le Sex-Art.

Continuer la lecture de « Sex Art, partage érotique et ludique sur la toile »

Post-confinement

Trois petits coups martelés à la porte , puis un grattement léger . C’était lui , la façon de s’annoncer . Apres de longues semaines de séparation par ces temps de confinement , ils allaient enfin se retrouver . Elle se dirige lentement vers le hall d’entrée cherchant à canaliser l’excitation, l’envie, le désir qui la submergent.  Se voir, se sentir, se toucher, se gouter et se redécouvrir . Enfin!

Ce moment accroché au temps du manque, de ce vide de l’absence, de ce trop-plein de l’attente qui vous bouffe, vous fait douter de tout et de vous-même.

Continuer la lecture de « Post-confinement »

Senryū

Lo(u)ve a lancé un défi à l’un de ses amis :lui écrire 3 haikus sensuels ou érotiques. Vous livrer le résultat en partage tel qu’ adressé. A vous de valider ou non si ce premier défi a été relevé .

Le senryū est une forme de poésie japonaise courte similaire au haïku : elle se compose de trois lignes de 17 mores.

lorsqu’elle s’assoit
on perçoit un peu de peau
sous la soie

v’la les jambes nues
on pense à des choses
qui ne se font pas

les corps fourrés
au fond du lit,
fini de lire

La nuit où j’ai été Phallus

Apollonia Sainclair

A toi, mon homme lesbien , mon ami de sexe et d’affect, à toi qui me fait connaitre la joie et les doutes, l’aigre-doux d’une relation non exclusive, ouverte , ni couple non cohabitant, ni partenaires, à toi qui me fait vaciller entre amour , amitié. A toi et nos jeux érotiques, nos actions-vérités , je vais te conter un de mes rêves : étrange et pénétrant, j’étais un phallus.

Comme ayant quitté ma propre enveloppe charnelle , me voilà glissée dans ton corps. Là nichée juste à ton entrejambe , je prends forme . Je suis sexe et tu deviens moi féminine . Dans cet onirique métamorphose , moi , le service trois pièces réagit à la nudité de ton sommeil . Je te frôle et te désire . Je m’éveille et me hisse, Je goutte, je perle .

Quand je m’insinue dans la fente de ton fruit juteux, douceur d’y glisser et d’y faire ma place. Ton fourreau , trousse, gousse humide, élastique, qui se serre, se contracte, se dilate, qui m’absorbe, me gobe , m’entoure, me comprime, me tète. Je grossis, me distends, m’allonge, me gonfle encore. Je visite, je farfouille, j’explore, je triture.

Continuer la lecture de « La nuit où j’ai été Phallus »

Festin de chatte

 Ils s’étaient attendus , désirés depuis tant de temps . Ils s’étaient espérés chauds comme la braise sans limite, sans tabou, Ils se « voulaient » l’un à l’autre, l’un dans l’autre , l’un pour l’autre dans la plus pure lubricité charnelle au-delà de tous leurs fantasmes. Elle chatte mutine, lui grand carnassier allaient enfin se retrouver.

Continuer la lecture de « Festin de chatte »

Oui, oui le père Noël est bien passé

Quand on teste le tirage d’une cheminée , on surprend parfois le père Noël dans une drôle de posture .Il n’était pas dans ses petits souliers en pensant à la botte, à sa  » hot » .Il fut bien marron à vouloir farcir la dinde . « Oh chouette , un dessert flambé à la place de la bûche  » se dit cette donzelle , ayant l’eau à la bouche.  » Elle se remémora la photo traditionnelle annuelle où on lui promettait : le petit oiseau va sortir ! Je ne suis point oie blanche. Viens mon petit canard, mon sucre d’orge  que je te déguste en papillote! Si tu es sage , tu goûteras à ma griotte, mon berlingot ou ma praline ! « 

Y a belle lurette que Lo(u)ve ne croit plus au père Noël, aux contes de fées .Elle vous dévoilera bientôt peut-être ce qu’elle a trouvé dans sa cheminée !

Comptine du loup contre la fuite du Temps

Tu me dis :  » Je vais disparaitre.  » Cette menace retentit comme un coup de gong, un uppercut en plein visage, comme une avalanche mortelle , un tsunami emportant tout sur son passage.

Je me noie alors dans un verre d’où les souvenirs émergent. Tel un iceberg sous l’effet du réchauffement climatique, je fonds en pluie des yeux, en brumes éthyliques, assaillie par les images mentales imprégnées de toi, récurrentes, obsédantes. Mon corps, lui aussi , se rappelle chaque caresse, chaque étreinte, chaque désir exprimé, dessiné, gravé maintenant dans la pierre du cœur et de l’âme. Rappelle-toi aussi de cette dernière rencontre chair à chair, volupté à désir, jouissance à plaisir, réalité à fantasme et plus encore !

Je me perds à t’aimer au-delà de l’art du sensuel éprouvé, du sexuel irraisonné, d’une initiation renouvelée de sexe tendre, de tendresse crue. Tu  aimes tes  » femmes », tes  » chéries », tes douces , tes ….et me gagnes à les aimer aussi et à me perdre. Accroche- toi à moi, je te serre fort et je t’enlace de mes cuisses quand tu te sens attaché ailleurs. Je ronge de mes crocs le nœud gordien qui t’enchaîne à tes incertitudes, tes maladresses, tes doutes, à ce « vouloir faire le bien à tout prix ». En dénouant l’inextricable, je glisse et perds le fil. La lame du rasoir sectionne net une virtualité éthérée et ta douce réalité naît d’une parole malheureuse, d’une magie tronquée, trompeuse censurée , sans sûreté. Autant d’estafilades que nos désirs frustrés, que nos plaisirs retenus, que nos rendez-vous ratés et pourtant …..

Continuer la lecture de « Comptine du loup contre la fuite du Temps »

Coït prémédité, sot, licite action !

C’était sauvage et brutal tout comme son approche. Il s’était collé à elle à peine  entré dans la pièce, sans un mot, sans un bonjour. Avant qu’elle n’esquisse une seul mot , il lui fourra sa langue dans la bouche jusqu’au fond de la gorge , lui bavant sur le visage. Traduction non verbale de  son désir bestial de la prendre, de la posséder . Aucune place à de beaux discours, aux délicieuses caresses , aux savants jeux érotiques en préliminaire.

Continuer la lecture de « Coït prémédité, sot, licite action ! »