Raies de désir en lumière

Elle avait entrecroisée les persiennes en ce début d’apres midi d’été. Le soleil dardant ses rayons entre les clayettes zébrait les murs du salon. Il était là, nonchalamment installé sur le canapé. Il l’attendait, la guettait, l’espérait. Elle entra dans toute sa féminité voilée dévoilée. Il appréciait la déshabiller du regard . Elle sentait la fièvre monter sur la lente vitesse de ses yeux . D’abord les bottines à lacets , les bas couture dont il aimait suivre ces lignes cheminant sur les mollets, les cuisses . Une brise légère faisait danser les pans de la grade chemise d’homme blanche qu’elle portait ouverte sur sa petite robe noire. Que cachait t-elle en dessous? Guêpière, corselet, porte jarretelles, tanga, slip brésilien ou ..?

S’approchant de lui,  de sa démarche féline  minaudant de son corps , ronronnant de ses hanches chaloupantes, elle se penche vers lui . Elle lui offre  en même temps que la vue de son élégant soutien-gorge de dentelles, fin gainage  des rondeurs de ses seins un baiser ébauché sur ses lèvres .Faisant virevolter sa robe corolle , elle se retourne. Telle une liane gracile , elle esquisse quelques pas de danse le frôlant de son corps qui se meut comme une plume tournoyant dans la brise et cherche à se poser, hésite, redécolle, tourbillonne . Elle lui offre son dos, ses hanches, sa croupe ,  frôlant en s’imbriquant sur le corps de son amant assis,  de ses  cuisses , de ses fesses bombées, dos cambré esquissant de longs mouvements le long de son bas-ventre  comme elle le caresserait ainsi de son cœur, de son âme sans qu’il ne puisse s’en saisir. . Langoureusement, elle lui fait fasse et avant de s’agenouiller, dépose de doux baisers sur la nuque, sous l’oreille , glissant dans son cou tout en l’aidant à se déboutonner. D’une voix emplie  d’une douce sauvagerie contrôlée lui dit:    » Prendre le temps d’éveiller tous vos sens , de sentir votre regard, vos mains et tout votre être me déshabiller , me couvrir de caresses , m’embarquer dans la fièvre où indécence et lubricité ne deviennent qu’expression des envies qui se réalisent. »

Noyant son regard dans la profondeur des yeux de son aimé, elle parcourt son torse, ses flancs et l’aide à se libérer de la ceinture , abaisse les pans du pantalon . Comme elle aime laisser trainer ses lèvres sur toute la bordure du soyeux boxer , sentir à leur contact les prémices du désir grandissant , la virilité qui sursaute et commence à vouloir jaillir plus érigé, plus dur, plus gonflé vers cet objet de désir .Dégageant le sexe du fourreau de tissu , elle en baise l’extrémité , le frictionne avec tendresse de ses lèvres entrouvertes, y passe la pointe de la langue . Elle se sent saisie alors par la nuque et doit se redresser .  » Je te repousse un peu, volontairement et égoïstement , je veux te regarder, faire durer le plaisir, car excité comme je le suis, je pourrais venir tres tres vite, sur ton visage , ta bouche si sensuelle, si gourmande. »
S’éloignant de son membre dressé, c’est le Lui tout entier qu’elle dévore des yeux.  » quand je perçois ainsi ton excitation galopante, je ne peux résister à y répondre avec ferveur de tout mon corps, toute mon âme . J’attends le geste m’encourageant à poursuivre ou restée ainsi , agenouillée à tes pieds, lèvres mordillées, sexe humide et palpitant. » répond-elle. » Toi seul sait me faire vibrer de tes mots, tes caresses, tes baisers, de ton souffle, de ton grain de peau, de l’intensité de ton désir exprimé . »

Oh oui, elle aime s’offrir à sa peau, sa fragrance, sa saveur, sentir toute l’impatience d’un corps à cœur, corps à âme, cœurs et corps en accords encore et encore.
Il l’enlace et l’attire à lui . Leurs bouches se cherchent , les cuisses s’entrouvrent et se referment emprisonnant celles de l’autre. Les sexes se trouvent, s’effleurent, s’accueillent , fusionnent tout en douceur , mouvement régulier pour laisser monter la vague. Les corps se tendent. Les sensations montent. Souffle coupé, un long temps d’apnée et sentir cet instant où la caresse est sur le Sexe , corps de femme tout entier, sexe cerveau , irradiation et explosion tres brève, mais intense étonnement quasi silencieuse, juste un petit gémissement animal s’échappant , gorge serrée, tétanisée. Il la rejoint dans la jouissance porté par le flux et le reflux des derniers soubresauts. Un long frisson de tout le corps les parcoure et cette sensation les embarque dans la petite mort si loin de ce salon dans la demi-pénombre.

Les voilà corps mêlés sur cette plage immaculée … la détente sublime, l’extase, ce morceau d’infini éphémère .

Post-confinement

Trois petits coups martelés à la porte , puis un grattement léger . C’était lui , la façon de s’annoncer . Apres de longues semaines de séparation par ces temps de confinement , ils allaient enfin se retrouver . Elle se dirige lentement vers le hall d’entrée cherchant à canaliser l’excitation, l’envie, le désir qui la submergent.  Se voir, se sentir, se toucher, se gouter et se redécouvrir . Enfin!

Ce moment accroché au temps du manque, de ce vide de l’absence, de ce trop-plein de l’attente qui vous bouffe, vous fait douter de tout et de vous-même.

Continuer la lecture de « Post-confinement »

Petite mort

Leur relation pouvait être qualifiée d’oxymoresque . Tout comme un clair-obscur, un silence assourdissant , ils alternaient des crises épanouissantes , des rémissions tempétueuses, des accalmies belliqueuses.

Ils se faisaient l’amour en violence et se baisaient voluptueusement: un amour libre, léger et généreux, l’amour sombre, jaloux et infidèle, la baise tendresse, pulsion, baise païenne, mystique, pudique , amour pervers, l’amour à mort à vie.

Continuer la lecture de « Petite mort »

Allumeuse de rêve

La nuit je me vois allumeuse de tes rêves errant sur les courbes et les creux du continent de ton corps. Je chemine sur les berges de la rivière où s’écoule la source de tes passions. J’explore , d’une langue boussole le vallon du menton guettant l’invitation de me perdre dans ta bouche à étancher ta soif d’extase.  Je suis braise et glace, tison qui danse et chante rougeoyant ;

Continuer la lecture de « Allumeuse de rêve »