Comptine du loup contre la fuite du Temps

Tu me dis :  » Je vais disparaitre.  » Cette menace retentit comme un coup de gong, un uppercut en plein visage, comme une avalanche mortelle , un tsunami emportant tout sur son passage.

Je me noie alors dans un verre d’où les souvenirs émergent. Tel un iceberg sous l’effet du réchauffement climatique, je fonds en pluie des yeux, en brumes éthyliques, assaillie par les images mentales imprégnées de toi, récurrentes, obsédantes. Mon corps, lui aussi , se rappelle chaque caresse, chaque étreinte, chaque désir exprimé, dessiné, gravé maintenant dans la pierre du cœur et de l’âme. Rappelle-toi aussi de cette dernière rencontre chair à chair, volupté à désir, jouissance à plaisir, réalité à fantasme et plus encore !

Je me perds à t’aimer au-delà de l’art du sensuel éprouvé, du sexuel irraisonné, d’une initiation renouvelée de sexe tendre, de tendresse crue. Tu  aimes tes  » femmes », tes  » chéries », tes douces , tes ….et me gagnes à les aimer aussi et à me perdre. Accroche- toi à moi, je te serre fort et je t’enlace de mes cuisses quand tu te sens attaché ailleurs. Je ronge de mes crocs le nœud gordien qui t’enchaîne à tes incertitudes, tes maladresses, tes doutes, à ce « vouloir faire le bien à tout prix ». En dénouant l’inextricable, je glisse et perds le fil. La lame du rasoir sectionne net une virtualité éthérée et ta douce réalité naît d’une parole malheureuse, d’une magie tronquée, trompeuse censurée , sans sûreté. Autant d’estafilades que nos désirs frustrés, que nos plaisirs retenus, que nos rendez-vous ratés et pourtant …..

Continuer la lecture de « Comptine du loup contre la fuite du Temps »

Apres la rencontre, la  » fréquentation amoureuse »

Jean Marie Auradon

Les suites de la rencontre, quand la relation interpersonnelle  s’établie montre, par de nombreuses modifications comportementales, le grand chamboulement que l’état amoureux entraine.

 Il est noté certaines constantes comme un retour au vécu du  premier lien affectif marquant autre que celui enfant/Parents si déterminant dans la mise en place de la dépendance, l’indépendance ou l’autonomie affective ( notion déjà effleurée par la louve). Le petit enfant intérieur se réveille . Comment se manifeste-t-il? Un passage « régressif  » apparait lors  de la période de  « fréquentation » ponctuée de rendez-vous, de sorties, de longues soirées , des nuitées , de la socialité du nouveau  » couple ». Elle s’accompagne de la mise en place de l’entente intime puis sociale au travers d’un langage propre, d’investissements de sens communs sur des objets, des lieux, des activités . Cette deuxième phase , Louve vous la conte à sa sauce.

Continuer la lecture de « Apres la rencontre, la  » fréquentation amoureuse » »