Ouverture au Changement

Lo(u)ve ouvre les portes de ce petit blog Adulte en installant un blogroll . Amener à partager des visions parfois généralistes avec des thèmes qui lui sont chers. Dans une autre vie , elle était végétale , une petite fraise qui n’aimait pas le beurre de cacahuètes. Je vous convie à aller explorer , à fouiner dans les catégories et mots clés Amour, Cerveau, relation humaine . Vous y retrouverez certainement des  » posts » via la lo(u)ve qui est ici plus charnellle, plus légère, plus fictionnelle, plus animale. Une confidence  entre vous et moi : il parait que Lafraise va reprendre sa plume ; Lo(u)ve ses poils …

D’autres partages à venir petits humains ! Insatiable sur les relations que vous tissez entre vous , vous observer à la loupe avec cette impression de ne pas tout comprendre , mais vous êtes si intéressants à étudier sans jugement aucun . Affaire à suivre !

E poi fate l’ Amore – Et puis faites l’ Amour

Lo(u)ve fête à sa façon Octobre rose. Vous offrir un poème délicat comme une rose , un pétale de sensualité, un pétale de fragilité, un cœur d’humanité .Vidéo en langue originale , l’italien de l’auteur Alda Merini et traduction en français.

Et puis faites l’amour.

Pas de sexe, juste de l’amour.

C’est ce que je veux dire.

Continuer la lecture de « E poi fate l’ Amore – Et puis faites l’ Amour »

Grand Corps Malade – Comme une évidence

Illustration musicale et littéraire du langage amoureux , beauté du texte en partage , comme un cadeau, comme une évidence…

En fait, ça fait un moment que se croisent dans ma tête 

Des mots et des douceurs qui pourraient faire un texte 

Un truc un peu différent, je crois que ça parlerait d’elle 

Faut avouer que dans mon quotidien, elle a mis un beau bordel

Mais j’ai un gros souci, j’ai peur que mes potes se marrent 

Qu’ils me disent que je m’affiche, qu’ils me traitent de canard 

C’est cette pudeur misogyne, croire que la fierté part en fumée 

Quand t’ouvres un peu ton cœur, mais moi cette fois je veux assumer

Continuer la lecture de « Grand Corps Malade – Comme une évidence »