Je suis une fille de joie…E. Mas. Prangana

Parce que le serveur de son site « bug » et parce que Lo(u)ve joyeuse toujours !Oui , je suis une de ces filles de joie. En copie, l’intégralité de votre article de blog. Lo(u)ve ne vous a pas demandé l’autorisation , animale sauvage , mais Namaste !!!

Oui, je suis une Fille de Joie ! Profondément, intimement, une Fille de Joie. Littéralement, et à plusieurs titres… Oui, il semblerait qu’Eros ait versé dans mon Sang quelques gouttes de son ivresse langoureuse et joyeuse, un brin sauvage et toujours ondoyante, savourante… Oui, il semblerait que la délicieuse Marie-Madeleine ait enveloppé mon Corps et mon Âme d’un intense voile d’Amour écarlate. Et il semblerait qu’Isis, Hathor et Sekhmet chuchotent à chaque instant à mon Ventre tiède et bercent mon Calice avec lenteur et magie…

Continuer la lecture de « Je suis une fille de joie…E. Mas. Prangana »

Suce! Pense ions!

Lo(u)ve n’est  ni une salope , ni un chienne. Elle est juste une animalité à petit con qui dérange parfois…La guerre des sexes , oh nous pauvres opprimées, soyons esclaves de vos désirs(messieurs les mâles dominants patriarcaux) et de vos hormones ou fermons nos petites bouches pour ne plus vous pomper l’air à défaut de vous piper jusqu’à ce que ce que le suc jaillisse. De quoi est constitué votre élixir, ce nectar visqueux, opalescent? La saveur , varie t’elle comme le lait maternel en fonction de l’alimentation ? L’enquête est menée.

Continuer la lecture de « Suce! Pense ions! »

La compersion , Kesako ???

Empathie, compassion , bienveillance, compersion  quel en est la place dans le monde occidental actuel? Ont -elles leur place dans une société de profit , cette civilisation de l’individualisme, du chacun pour soi ? En quoi cela peut se ressentir dans chacune de nos relations à autrui ? En quoi cela remet en cause les défenseurs de l’épanouissement, du développement personnel en contradiction avec un partage ,serait-ce une  utopie de vie ?  En quoi  le « je t’aime » ne devient-il pas un « je m’aime » par l’interaction positive avec autrui comme  un onanisme intellectuel si loin de fondements de l’humanisme ou un « je nous aime et j’aime que tu aimes « ? La Lo(u)ve se questionne sur vos faits de société , sur ces modèles de relation interpersonnelles variées qui bouleversent les schémas, les patterns. Compersion , mot dans votre vocabulaire, pas encore ?

Continuer la lecture de « La compersion , Kesako ??? »

Les amours plurielles, pas si singulier

Plutôt que de grands discours, des passages copiés-collés et arguments inspirés de spécialistes, Lo(u)ve a envie de vous transmettre le témoignage d’un petite humaine de ses amies ayant vécu plusieurs vies de Femme. Une majuscule pour ce Femme , car autant de facettes, autant de style de liaisons , de liens ou de relations avec d’autres habitant.e.s de sa petite planète .Mais laissons là s’exprimer dans cette restitution d’un dialogue confidence « virtuel » . Confession, confidence d’une pècheresse, adultérine, de la fiancée du pirate, de l’amante mal aimante , d’une jalouse repentie à une partenaire d’un polyamour assumé. La réalité a demandé de nombreux échanges en bribes , de nombreuses rencontres avant d’arriver à cette complicité-là .

Continuer la lecture de « Les amours plurielles, pas si singulier »

Oh la Louve, comme vous avez de grandes oreilles!

Forte de son appétit de découverte et de partage, Lo(u)ve chasse les différentes facettes artistiques d’expression érotique ou pornographique ( points de vue des humains qu’il lui faudra creuser dans les nuances). Elle note l’engouement des hommes comme des femmes pour les podcasts spécifiques qui fleurissent de plus en plus dans ce domaine de prédilection. Qu’est ce que l’audio apporte en comparaison de films? Qui les met en ligne et de quelle nature sont-ils? Il n’en fallait pas plus pour que Louve vous donne quelques pistes à suivre . A vos oreilles!

Continuer la lecture de « Oh la Louve, comme vous avez de grandes oreilles! »

Quand le monologue du vagin devient une grande muraille et plus

Great Wall of Vagina – panneau n°3 – Jamie McCartney

Les organes génitaux féminins ont longtemps été une source de fascination, récemment célébrées( journée de la femme, mars 2019), mais généralement source de  confusion. Étape que  l’artiste britannique Jamie Mccartney  a saisi, 10 ans après son Bachelor of Fine Art , diplôme d’étude expérimentale d’ Hartford Art school (USA) , pour créer une sculpture murale monumentale The Great Wall of Vagina (la grande muraille de vagin).L’œuvre d’art de 8 mètres de long est  composée de quatre cents plâtres de vulves(moulages) toutes uniques, disposées en dix grands panneaux. McCartney a entrepris de rendre ce projet aussi large et inclusif que possible. L’âge des femmes est compris entre 18 et 76 ans. Sont représentées les mères et les filles, les jumelles  identiques, les hommes et les femmes transgenres ainsi qu’une femme avant et après son accouchement  et une autre avant et après la labiaplastie. Des femmes du monde entier  se sont portées volontaires dans une réaction extrêmement positive à ce  projet.

Continuer la lecture de « Quand le monologue du vagin devient une grande muraille et plus »

De l’Origine du monde au Con d’ Irène . Quand les bonnes moeurs censurent

Outrage aux bonnes mœurs, appellation juridique de ce qui vaut à un artiste d’être censuré, voire même la séquestration de ses œuvres ou l’interdiction de la diffusion en public . Ainsi , l’illustre tableau de Gustave Courbert « l’origine du monde » peint en 1866, caché, recouvert d’une autre toile chez les collectionneurs privés ( dernier propriétaire le psychanalyste Jacques Lacan) , exposée en public seulement à partir de 1988- Musée d’Orsay depuis 1995.

Continuer la lecture de « De l’Origine du monde au Con d’ Irène . Quand les bonnes moeurs censurent »

Oh putain, la salope. oui mais « éthique »!

Mon roudoudou, ma puce, mon loup,  ma chérie, mon bébé, ma perle, mon trésor et tous ces petits mots doux et tendres sont des éléments du langage affectif. Cette  pulsion de nommer l’être aimé  par l’appropriation d’un terme , d’une métaphore in appropria . Réducteur et  possessif, ce surnom  n’est pas toujours apprécié  . On y trouve du cocasse, du léger, de l’amusant définissant un sentiment, une caractéristique, on y frise parfois l’anecdotique, le ridicule . Dans un tout autre contexte que la louve aimerait explorer « mon ptit loup » s’adresse à « sa chérie » autrement et cela donne  » ma chienne », « ma salope ». A cette locution , louve retrousse les babines . Quels différents sens donnent les humains à ce mot cru, grossier, injurieux ? Comment une femme peut -elle passer d’un état de madone quasi statufiée à celui d’une malpropre, débauchée à la vie dépravée?? L’enquête est ouverte et louve va renifler sur la piste psychosociale et plus de cette « salope » là.

Continuer la lecture de « Oh putain, la salope. oui mais « éthique »! »