Desàtame

craig Gum

 Avec des coups d’éclats

Pointes acérées de verre ,

 Tessons de bouts d’hier

Desserre l’attachement!

 Traversée du désert;

 Ainsi larmes de sang

Asséchées par le vent

Me libère des liens.

L’amour est un éternel

Filon de pourquoi

Ecoute ma voix !

Au-delà de mes yeux

Il n’y a plus d’eau,

 De nuage dans les cieux,

Pas de bas dans les maux

De lumière dans les mots

Pas de ligne et pas d’ombre

Au sein des contrées sombres.

Des soupirs sans gémir

Etouffent les braises d’un infini.

Confusion , larmes de lave

D’un volcan envahi

Par des milliers de larves

De l’art , ne veut

Plus que le lard

Une voix sans issue

Comme des étoiles déchues

Ne pourra pas remplir

En rêve ou en cauchemar.

N’est plus en vie

Qui cache des ires

Il sent, tu mens

La muse ment

Vas! Tant de temps

Ici et maintenant

Las, des heures

En manie dénouée

Faux semblants et leurres

Attachement désavoué

Pantin désarticulé

Les ficelles sont tranchées

Tessons de bouts d’hier

 Pointes acérées  de verre

Avec les coups d’éclats

Infini de « pour quoi ».

Laisser un commentaire