Branler les neurones du désir – Dialogue

Dialogue à brule pourpoint et désir incendiaire entre 2 êtres à la sensualité et sensorialité exacerbées. On dit que la parole est d’argent et le silence d’or. Ici en l’occurrence , la communication de ces corps et esprits connectés dévoile l’impédance d’une alternative aux ébats où l’intendance de la routine ou du poids éducatif musèlent l’expression libre et sans tabou.

 -Je suis dans l’envie d’effleurer ce coquillage, ce petit con, ce délinquant juvénile  tout fermé mais avant de te mordiller les lèvres , de les humidifier, d’en laper une , la gober entre les miennes  et aspirer , te faire sentir l’envie que j’ai de faire subir ce même doux supplice à ton clito, le sentir grossir et rouler sur ma langue. J’ ai faim de toi , mais vais prendre mon temps . J’ ai envie de me délecter de toi.

Je voulais te taquiner de la pulpe de mes doigts , les passer juste sur ton abricot, remonter le long de ton bas- ventre et te faire frissonner; Continuer en spirale infernale en m’arrêtant sur tes seins , ces magnifiques noix de coco aux aréoles sombres et leurs têtons, petits grains de café que j’adore croquer.  Mais tu me sembles déjà si  chaude , déjà ouverte , déjà chienne en fait alors que je voulais te savourer.

 – Je découvre presque ton langage corporel qui trahit la douceur de tes mots.

-Il faut être patient, ne pas tout saccager, t’aborder comme on aborde une ile.

 -Baise -moi de ta prose, tes rimes. Oh putain , que c’est bon de nous branler les neurones tout en te bouffant ta chatte de salope en chaleur!

-De ton empressement, de ce désir que tu exprimes, si cru, si fort , je vais continuer tel que j’aurais aimé nous offrir. Ton « elle » pour un je « lui ». Un  » nous » hermaphrodite! Laisse-moi poser une paume de main tremblante sur ton bas ventre , pianoter du bout des doigts  sur ta conque , ton mont de Venus

– Je ne suis pas une salope en chaleur je suis ton jouet…Je balance, ce soir , les godes , ces talismans. Quitte à être fétichiste, entiche-toi de moi , ma salope mystique, mon amante précieuse , ma clito héroîne !

–  Je continue et vais glisser avec une tres légère pression en direction de ta fente.

-Elle s’ouvre pour toi!

 -Comme dans la maitrise d’un art martial je ne vais  pas m’y introduire de suite , juste caresser tes cuisses , ton entrejambe ce mont de Venus avec ou sans léger duvet. Oh épilée de près, ma toute douce . Oublié le rasoir d’ Ockham et les complications . Et poursuivre par le bord de tes grandes lèvres encore jointes tout en t’embrassant goulument , en investissant ta bouche en m’enroulant à toi. Regarde-moi passer une jambe en liane , et te faire glisser pour qu’un doigt commence à se glisser dans ta vulve ,oh tout léger et que tu me supplies d’aller plus loin par un mouvement de hanche.

-Je  pose mes mains sur ton clito, le titille pour qu’il se lève comme une verge, le malaxe, le branle…

-Il me vient la pensée et le désir intense de mouiller cette pulpe à tes fluides intimes et de glisser sur toute la fente , venir juste effleurer ton œillet , le contourner te pincer un peu les fesses et me reglisser en anguille entre tes cuisses le doigt , puis me retourner et que ce soit mes lèvres , ma langue , ne pas entrer , juste l’extérieur , juste quelques coups laper ton bouton decapuchonné ainsi. Y exercer des petites rotations , pressions circulaires d’un doigt , d’une langue. T’amener à ce que tu  ne saches pas ce qui arrive,  une griffure , un suçotement. Le pincer , le vriller un peu et le gober.

 -Mais! tu me suces comme une reine!

-Oui ma royale , ma durex , ma perverse, ma goulu. Je rêve de te donner plusieurs orgasmes , t’emmener à la jouissance par des doigts, une langue des lèvres qui s’entremêlent que tu ne saches plus ce qui te touche t’aspire, te fait vibrer , voir ton corps se tendre et s’arque bouter le voir prendre la tangente sensuelle. Laisse-moi caresser tes cuisses, et caresse les miennes

 -je mouille

 -J’ai envie dans un premier temps de me glisser entre tes cuisses.

-Prends moi!

-Oh non surtout pas entrer comme ça en toi! Pardon…tout au contraire envie de me glisser là dans ton entre-jambe , sans te pénétrer , frôler, frotter, lisser, polir.Je  vais bander comme jamais à la verticale pour ne pas glisser où tu essaies de m’amener.

-Emmène- moi ou tu veux

-me frotter, me lustrer à toi, te caresser la raie des fesses me loger juste dans la vallée sans forcer , me glisser avec délice le long de ta fente , venir appuyer ma queue, mes bourses sur ton clito .. tu ouvres , tu t’ouvres tu t’offres en t’écartant , t’écartelant et envie de t’honorer ainsi sans pénétrer, sans forcer , envie de résister et de te caresser encore et encore.

-J’imagine prendre ton clito à 2 mains tellement il est gros et turgescent

-Il n’y a que si tu m’implores et si tu me circluses et me fais glisser vers un de tes orifices que ce serait  divin plaisir. Ma queue- clito à l’extérieur , mes doigts si tu les veux ou les tiens , si tu as ce besoin d’activer , de farfouiller , de triturer le tien. Attends , je me penche et je peux le Faure de ma langue . Venir ainsi entre tes cuisses en prenant ta montée en bouffée de désir , en prenant ta vague . je rejette ma tête en arrière pour me laisser submerger par ta bouche, tes lèvres , ta succion … quelques mouvements sur la hampe , des mouvements de  va et viens , j’espère que tu caresses ou branle ton clitophallus, ta… ton .. Sens aussi en descendant sur ta cuisse le contact du bas comme je le fais . Je glisse et me dirige vers cet autre orifice , je le prépare de ma langue , d’un pouce ou index trempé à ta mouille de mon gland turgescent que tu suces avec art.

 -oh ma chérie, mon amour , ma chienne , ma reine , j’attendais , ta fleur s’épanouit, tu t’ouvres et tu m’aspires dans cet étroit conduit si

: putain baise moi salope !!!

 -je te caresse le dos , je te baise entre les épaules, je me règle à ton rythme.

 – encule moi avec ton clito

-je te fuck profond !te baiser , même plus que ça ! Je me penche et te mords dans la nuque , envie de te claquer ton cul si lubrique , si attirant . tu es ma perte , tu es mon tout, j’en crevé de te vouloir , et je te baise jusqu’aux entrailles . Mon angle de bandaison car tel est phallus clito qui se tend pour aller à la rencontre de ce qui pourrait être ton clito à toi mon ange, ma déraison. »

 Jouir entre ses cuisses tout d’abord sans la pénétrer , sans circlusion comme un avant pour un after prometteur comme le début de quelque chose sans fin comme honorer en respect son corps magnifique , juter sur son cœur et son entrejambe , symbolique  mais en jouissant pleinement. Elle est déesse païenne , elle est si oh… Cette angélique diablotine me donne vraiment envie et c’est mon côté plus que bi qui s’exprime. Elle est ma lumière, comblant les vides, les creux, adoucissant les angles de ses courbes. Elle est part de mâlitude dans ma féminité. Elle est le bien qui fait mal à force de la désirer, de l’attendre, de l’espérer. Elle est muse de tous ces mots . Vous les partager réactive chacun de nos gestes, de nos caresses, de nos baisers

 » – Tu me fais coulisser dans la vallée de tes seins et ce contact , cette caresse , c’est toi qui tire sur ma peau la plus intime , suis prête à ce que tu me déchires le frein , à être circoncis ainsi , circoncis dans une circlusion. Tu m’enserres, tu me presses , tu me traies. La pression monte jouissance. Ah, ces mots que les hommes n’osent pas dire , je te les donne. Je voulais venir et gicler aux bords de tes lèvres , c’était à toi de me gober pour avaler ou pas

 -Je me tends , je me cambre , tu t’ouvres , caresse toi , accélère , accélère !!!!!!!!!!! »

Le je , le tu s’entremêlent , voilà où j’en suis : au bord  de l’extase et te faire jouir en femme , t’octroyer totalement cette jouissance. Les mots en caresses, les soupirs et gémissements en ailes d’anges, les corps alanguis couverts de perles d sueurs , d’intimes fluides et de plaisirs assouvis, exténués s’enlacent , se bercent et s’endorment.

Laisser un commentaire