Oh putain, la salope. oui mais « éthique »!

Mon roudoudou, ma puce, mon loup,  ma chérie, mon bébé, ma perle, mon trésor et tous ces petits mots doux et tendres sont des éléments du langage affectif. Cette  pulsion de nommer l’être aimé  par l’appropriation d’un terme , d’une métaphore in appropria . Réducteur et  possessif, ce surnom  n’est pas toujours apprécié  . On y trouve du cocasse, du léger, de l’amusant définissant un sentiment, une caractéristique, on y frise parfois l’anecdotique, le ridicule . Dans un tout autre contexte que la louve aimerait explorer « mon ptit loup » s’adresse à « sa chérie » autrement et cela donne  » ma chienne », « ma salope ». A cette locution , louve retrousse les babines . Quels différents sens donnent les humains à ce mot cru, grossier, injurieux ? Comment une femme peut -elle passer d’un état de madone quasi statufiée à celui d’une malpropre, débauchée à la vie dépravée?? L’enquête est ouverte et louve va renifler sur la piste psychosociale et plus de cette « salope » là.

Le dictionnaire est là pour éclairer le savoir. L’étymologie du terme apparu au XVIIe siècle dit qu’il se composerait du mot ‘sale’ et du mot ‘hoppe'(hoppe, variante dialectale de ‘huppe’,  petit oiseau assez sale). Une salope serait donc une malpropre. Il prend une connotation plus négative au cours du XXVIIIème siècle , la société de l’époque associant la saleté et la négligence aux choses viles et basses. On glisse alors vers la prostituée de la rue en opposition aux courtisanes. 3 siècles plus tard , il prend donc cette connotation de vie de débauche et de mœurs dépravées pour une femme. La salope, injure tres fréquente entendue dans le harcèlement de rue , repréhensible légalement , voté le 1er Aout et rentré en vigueur le 06 Aout 2018 en France désignerait une fille ou femme jugée de dévergondée, de déloyale, de méprisable , mais pas seulement.Quel sens prend ce mot lorsque c’est une femme qui l’exprime :  » Quelle salope… Espèce de salope »?Quand un homme le dit :  » cette fille , c’est une belle salope… t’aimes ça hein salope … et   je te veux chienne et salope » y a-t-il d’autres connotations en fonction d’un contexte déterminé .

 Avant de poursuivre ses investigations, louve note une autre origine: Une marie-salope est un chaland destiné à recevoir les vases et sables extraits par dragage. Terme maritime et fluvial, ce bateau- barge transportant des déchets, des saletés aurait donné l’origine de la mal propre salope. A titre anecdotique c’est également , en argot la désignation francisées d’un cocktail le Bloody Mary, ce sanguinaire Vodka, jus de tomate, citron et épices.

De la prostituée aux mœurs dépravées , 343 salopes en ont adopté cette dénomination pour  une pétition française parue le 5 avril 1971 dans le no 334 du magazine Le Nouvel Observateur.  « la liste des 343 Françaises qui ont le courage de signer le manifeste “Je me suis fait avorter” », s’exposant ainsi à des poursuites pénales pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement, car l’avortement en France était illégal à l’époque. Appel pour la dépénalisation et la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse qui ouvre la voie à l’adoption de la loi Veil.

Dans la bouche d’une femme , une salope désigne une personne qui , par son comportement, ses propos, ses actes aurait eu une attitude déloyale (mensonge, tromperie, duperie, rupture d’un pacte d’amitié ou intrusion dans une relation plus intime). Ce terme , aussi bien chez les hommes ou les femmes sert à désigner quelqu’un du genre féminin étant jugée trop provocante à leurs yeux, hypersexualisée, transgressive par  rapport à leurs critères de moralité, leurs représentation sociale de comment doit se comporter une femme ( codes vestimentaires, langage verbal& corporel etc.). Salope en anglais se traduit par Slut. Il est bon de rappeler que dans de nombreux pays a lieu la « slut walk » annuelle, la ­ « marche des salopes » protestant contre les abus sexuels et la maltraitance envers les femmes, mais aussi célébrant leur liberté d’allure, leur envie de séduire. L’enjeu de ces démonstration sont  de dénoncer l’opprobre dont souffrent les victimes de viol et de harcèlement. Trop souvent, elles se retrouvent accusées d’avoir elles-mêmes provoqué les réactions brutales des hommes, par leur tenue ou leur façon d’être : elles se voient blâmées d’avoir été agressées. C’est la double peine.

Autre initiative, en France: dans le cadre de la lutte pour l’égalité femmes-hommes et contre toutes les formes de discriminations, notamment les discriminations en raison du sexe ou de l’orientation sexuelle, a décidé de soutenir l’initiative de collégien.ne.s et  lycéen·ne·s: l’idée d’une journée de la jupe est partie d’un groupe d’élèves de 1ère, en 2006, en Ille-et-Vilaine, qui revendiquaient le droit de porter des vêtements féminins sans subir de remarques désobligeantes. Leur idée a été reprise par différentes associations. Popularisée par le film La Journée de la jupe en 2009, avec Isabelle Adjani dans le rôle d’une enseignante qui veut rendre obligatoire le port de la jupe pendant une journée pour lutter contre le machisme des élèves, la journée de la jupe a été reprise dans d’autres cadres que le cadre scolaire.

Une salope c’est aussi:  Une femme qui aime le sexe, qui a une attitude ou transparait sa sensualité ou qui s’affiche avec une tenue ressentie comme erotisante, provocante aux yeux de certains et certaines ,affichant un sexotype . Image perçue par certains comme celle d’une putain, d’une prostituée . Etonnant comme la version masculine fait référence à la littérature , traité de Don Juan, de Casanova ( reste le  » queutard » mais qui ne met en exergue que le quantitatif et non la qualité des pratiques en ce domaine) .  Le poids  « politique « de ces préjugés, quant aux sobriquets ou mot d’oiseau choisi, est bien représentatif de  la domination, la suprématie du mâle , pour qui les termes et références sont flatteurs .

Pourquoi  ce terme cru , en langage explicite, au cours d’un acte sexuel a des valeurs toute autre? Quels sous-entendus se cachent-ils derrière une phrase telle que : « je te voudrais tres salope ». Dans le contexte de la relation intime , la scène sexuelle  reste en partie socialisée, codifiée. Chargés du poids de leur éducation familiale, sociale, religieuse, des croyances, de schémas mentaux, psychiques, de leur vécu antérieur , les individus utilisent des patterns dans leur mode et pratiques sexuelles. L’homme vis-à-vis de sa partenaire féminine présente des ambiguïtés. Dans l’une, on trouve un macho phallocrate qui vit sa sexualité dans le mépris et l’humiliation de la femme, la putain et dans l’autre, un bon père de famille, copain, pro-féministe, respectueux de la femme, la madone. Dualité sexuelle de cet individu et qui par cette demande encourage la madone, le substitut de mère, de vierge, de pureté, d’affectivité à entrer dans un jeu érotique, une communication corporelle et verbale plus riche, plus pulsionnelle , à un lâcher prise .Ouvrir le portes de transgression, d’exploration des désirs, des fantasmes, s’autoriser un échange , un partage quand il est parfois compliqué de s’exprimer hors du lit sur ces sujets.

« Sois ma salope! » réfère à l’envie de l’homme pour  une femme capable d’être féminine, sexy et érotique. Il la souhaite  désirable,  séduisante et osant montrer son envie, recherchant  le plaisir autant pour le recevoir que pour le donner. La salope, la putain est  associée à l’image de la prostituée porteuse de tout temps de  grande fascination chez l’homme. Elle est au centre des images pornographiques ayant participé à l’éducation sexuelle avec tous les clichés hétéronormatifs phallocrates. La femme tout comme l’homme fait appel à des images mentales en plus des stimulations des sens lors de l’acte . Faire appel à un langage cru, obscène permet une déconnexion momentanée des régulateurs sociaux. Il n’y a plus le « ce qui se dit ou ne se dit pas, ce qui se fait ou ne se fait pas ».   La pudeur tombe , les filtres aussi . Les mots déclenchent des excitations supplémentaires de part et d’autre. C’est une invitation à agir de manière plus transgressive, plus effrontée, plus animale. De la nécessité d’être à l’écoute de sa.on partenaire ,

Comme d’une entente préalable et d’un ajustement pour que la résonance excitatoire soit en toute réciprocité. Certaines femmes vivent mal ce vocabulaire , les transposant en femme objet du désir masculin, renforçant leur anxiété face à la désirabilité, préférant instaurer des mots de l’ordre de la domination masculine et de leur propre soumission. Ëtre salope c’est leur donner le pouvoir , les sortir d’un rôle passif .Encore faut-il qu’elles aient developpé ces patterns au cours de leur progression dans le domaine de la sexualité.

La louve, de son côté animal a pu vivre des actes sexués, des baises romantiques avec des « je t’aime, mon amour  » murmurés lors de pratiques dites « transgressives » et  des « je t’aime , ma salope, ma chienne , comble pour une louve, non?) lorsqu’elle sexait en acte d’amour. Faire l’amour, sexer, baiser ou forniquer ? Le vocabulaire utilisé par les humains a-t-il pour tous la même signification ?

Autre salope particulière que sont les salopes « ethiques », Dossie Easton et Janet W. Hardy, 2 americaines ayant publié ensemble La salope éthique, Guide pratique pour des relations libres sereines,Editions Tabou . Titre original : The ethical slut , practical guide to polyamory, open relationship and other adventures

 Le livre donne une série de conseils pour démarrer des relations amoureuses plurielles, vivre heureux et épanoui.e toute relation interpersonnelle, qu’elle soit polyamorie ou monogame. Du libertinage à l’amour libre, de l’amitié sexuelle aux ouvertures aux autres sans exclusivité et jalousie. Sont livrés dans ce guide des pistes et une boite à outils pour s’ouvrir aux autres dans des relations amoureuses et/ou sexuelles dans un respect et une « éthique », des règles, des contrats, des précautions pour assurer dans la confiance , avec beaucoup de prévenance et de bienveillance, les rencontres , tisser du lien social en étant une personne libre ( sexuellement et/ou affectivement) . Ces 2 personnalités de leurs expériences les esprits ouverts ou curieux sur l’humain en répondant à des questions comme :  « Est-ce possible d’aimer plusieurs personnes?« , « Peut-on être fidèle en étant non-exlusi.f.ve?« , « Comment gérer le temps / les sentiments / la jalousie quand on a plusieurs relations? » « Comment gérer les échanges de fluides intimes, prévention des IST » etc.

La salope aux multi partenaires, aux aventures qui se succèdent, aux ami.e.s sexuelles, aux périodes seule mais pas solitaire, à la féminité, sensualité , sexualité assumées; la salope qu’on aime retrouver dans son lit ou ailleurs, dans son désir, dans ses sextos, dans ses échanges de photos, dans ses petites attentions pour réveiller le fauve , le rejoindre dans ses jeux, ses fantasmes , dans le donner et le recevoir . Cette salope est bien humaine , elle est digne, elle est entière. On la respecte. Ah non n’en faisons pas une sainte tout de même .Oh bonne mère , chut ..Vous risquez d’éveiller de nouveau la madone !

Laisser un commentaire