ô mon amour de sexe et d’esprit! Déclaration virtuelle

 » Je te relève la robe pour la passer au-dessus de tes bras et la retirer, caresse tes hanches, tes cuisses, et sens ton corps se dérober par ses oscillations. Tu t’échappes de l’étreinte qui cherchait à t’emprisonner, mais ton regard de braise me nargue, taquin. Le jeu est lancé. Un lap top danse tout en frôlements.

Mon sexe se dresse très rapidement, les braises sont déjà des flammes. Prestement je te fais abandonner cette lingerie fine qui pare ton corps et en souligne les formes.

Je contrôle autant que possible  tes mouvements pour que mon gland vienne juste caresser tes bijoux intimes , toi femme serpent, toi ma muse sexuelle. Tu ondules dans une danse sensuelle et embrase mes sens, incendiaire, pyromane de mes fantasmes et de mes désirs. Tu effleures de ton cul  mon ventre me permettant ainsi  de prendre tes seins à pleines mains. Des braises , oh non  alors  c’est une boule de feu qui monte dans mon sexe, dans mon cerveau enfiévré d’envie.

J’ai toujours aimé que tu danse pour moi.  mais cette danse-là pourrait me faire éjaculer sur ton sexe sans le moindre contact. J’ai tellement envie de me glisser en toi ou te voir te masturber devant moi. Oh tu lis dans mes pensées et me devances; tu me bloques les mains pour que je ne puisse te toucher…je n’ai le droit de te caresser qu’avec les yeux, là. Je n’en peux plus tant l’excitation me gagne.

D’un geste brusque je te prends par les hanches pour te rapprocher de moi…. toucher du bout du gland ta chatte trempée. Je t’impose les mouvements et en réduis  l’ampleur pour que toujours au moins mon gland  y soit dedans tant l’impression que c’est sa place.

Je suce tes seins avec ma grande bouche, relève les yeux pour les plonger dans les tiens et te dire en silence « Je veux que tu m’offres  ton orgasme. Je veux sentir tes mouvements saccadés. Je veux te voir au bord du précipice sauter vers la petite mort apres t’être pâmée, dans la jouissance.

Je lèche mon majeur pour qu’il soit bien lubrifié , le promène , joue avec ton œillet, ton petit trou, l’entrée de ton tunnel si étroit et en le courbant viens  le faire pénétrer dans ton cul alors que mon sexe gonflé tape le fond de ta chatte..Oh je perçois comment ton œillet se dilate , et comment sans effort mon doigt est absorbé entouré par cette gangue si chaude, si serrée .

Mon doigt accompagne au même rythme ma queue  trempée, ils se touchent presque en toi…

Et ton  clito, je veux qu’il soit de la fête.

Ta chatte  un véritable fourreau à foutre, envie  de caresser ton clito de façon circulaire et très énergique alors même que je  sens  la semence monter . Nos souffles se précipitent. Entendre tes  gémissements , ta voix qui change dans un hululement, dans ce cri retenu animal et rauque. 

Je te baise avec un grand B. Je te prends .Je te défonce , Ma salope de Geisha , je ralentis  pour t’attendre, tous les muscles de mon corps tendus…. Bras en l’air pour me libérer et sentir tes lèvres, ta langue sur ma queue, sentir mon gland emplir ta bouche et se régaler à frotter tes joues, ton palais ..Oh oui comme ça , lape moi, oh vous êtes merveilleuse quand vous êtes , ma geisha salope que j’aime,   ma chienne, ma louve, ma salope, ma soumise.

Si tu savais… Viens , viens  ,  douce et attentionnée, lubrique et passionnée.Ta bouche est un calice et  bois ça, bois moi , bois mon amour , ma maitresse . Attends, je reprends mon souffle et glisse deux doigt entre les lèvre de ta chatte et celle de ta bouche, ma suceuse, ma goulue , avant de les porter à la mienne et de baiser  la tienne , pieuvre sirupeuse et visqueuse .Oh ce  plaisir, cette jouissance .

Alors que moi-même  je suis HS par le plaisir reçu, je crispe mes muscles pour soutenir le volume de sang dans ma verge,  pour maintenir une érection digne de ce nom. Tu continues avec délice tout en lenteur, tout en langueur à me caresser  de tes mains, de tes lèvres, de tes seins tandis que semi molle ma queue continue à palpiter, encore et encore.

Que  j’aime voir tes yeux quand tu me suces. OMG oui je t’aime…..  ta chatte,  tes seins,  ton cul ta bouche, ton clitoris, tes jambes,  tes cuisses, tes bras, tes mains mmmmmm oui je t’aime. Mon amour de sexe et d’esprit. »

Était-ce les mots d’un amant onirique embarqué par Morphée dans des visions érotiques? Est-ce  la reconstitution d’une scène filmographique où les sous-titres mettraient en mots ce que le héros masculin pense et ne dit pas à sa partenaire? Était-ce une déclaration d’amour , une relation épistolaire  traduisant le plaisir qui arrive différemment, plus cérébral mais tout aussi jouissif? Est-ce pure fiction ou ces mots ont t’ils été dits, écris? Ce sont les paroles d’un homme naviguant sur les mers et océans des émotions, des envies et désirs quand son affect fait l’amour avec sa libido . Ah la magie du virtuel !

Illustrations: Tina Maria Elena Bak

Laisser un commentaire