Oxymore d’amour et de sexe

 » Il y a toutes sortes d’amours et, à l’intérieur de chacun d’entre eux, une infinité de degrés et de paliers qui s’appellent affection, adoration, attachement, inclination, tendresse  et le reste … » Jean Simard essayiste, romancier, dramaturge québécois

L’amour rend aveugle et la privation de la vue par un bandeau  en donne tout son sens dans nos jeux érotiques. Déchaîne en moi la douce fureur  de te toucher , la passion dévorante de te goûter, la subtile frénésie de te sentir te mouvoir et t’émouvoir, d’envier de nos fantasmes toutes ces libertés .

Détache moi de ce lien étouffant qu’est la dévotion en allumant les flammes de la débauche et de la luxure. Faisons alliance dans nos harmonieuses indécences et le seul anneau que je te passerai au doigt sera celui de mes muqueuses intimes et serrées .

Garrotte moi de tes mains enlacées, étouffe moi de tes baisers, glisse toi en moi, en mes chairs. Frappe moi alors de tes mots tendrement cinglants, de ceux délicieusement crus. Voluptueux dénouement d’un enchainement de caresses expertes. Possède moi avec la force de nos désirs libertins

Pour que ta chienne s’attache à toi, ne la tiens pas toujours en laisse. Détache moi de toi en me liant les mains, foulards , menottes ou corde. Dans le shibari, l’art de laisser des traces passionnelles dans une éphémère union lacée où s’immisce parfois entre chanvre et peau nue un nœud coulant dans des orifices offerts.

S’enlacer pour se délasser sans se lasser, quelle attitude oxymoresque !

Epouser les courbes en vouant un culte aigu aux rondeurs callipyges. Inclination de  ton angulaire fierté dressée lorsque du piédestal tu me bascules pour que ta déesse s’empale avec adoration sur l’obélisque de tes concordances ou qu’elle dévore ton offrande païenne associant ton feu et sa fontaine.

Avoir pour Maîtresse une soumise et lui servir des sévices en accord , à la faveur de pieux aveux. N’en dominer que les servitudes consentantes en refusant toute condescendance . Lui avouer un attachement libertarien coupable. Signer un contrat caduque roturier , y apposer le sceau d’un officiel secret .

Quand le service volontaire baise la chevalière, qui est l’esclave de ses sens dans cette lubrique alliance?

Laisser un commentaire