Plan P

Il était éreinté par une longue journée professionnelle ; des réunions à n’en plus finir, des dossiers toujours plus urgents les uns que les autres à traiter avec la plus haute vigilance, des appels téléphoniques, des mails en instance et tous ces petits détails à ne pas oublier, ne pas négliger. Bref , son lot quotidien . Elle l’avait accueilli avec un grand sourire. Une musique d’ambiance, les volets mi-clos , une bougie parfumée laissait flotter dans l’air les douces fragrances du ylang ylang, fleur de tiaré , senteurs des iles . Elle lui fit ôter son tee shirt , le guidant d’une main habile vers la chambre où trônait une table de massage . Ses mains expertes lui détacha sa ceinture et le bouton récalcitrant de son jeans .En le regardant droit dans les yeux , elle fit glisser lentement le zip et tandis qu’elle faisait descendre son pantalon , il se tortilla pour en accélérer la chute . D’un geste preste, il se débarrassa de son slip et s’étendit à plat ventre sur la table .

Point besoin de réchauffer ses paumes de main , la température était exquise , elle attrapa la bouteille d’huile parfumée en inode le dos, les fesses de son « impatient » et commence à effleurer toute la surface de sa peau en longs gestes glissés . Le voilà enduit des pieds à la tète et sa masseuse de le caresser de ses mains, avant-bras . Voilà les épaules qui viennent en contact . Elle se penche encore plus et c’est de sa poitrine et de ses tétons qu’elle le frotte avec insistance . Il se détend et soupire , elle s’active lui faisant briller la chute des reins , ses petits monts fessiers bien fermes . Prenant appui sur les bords de la table, d’un élan la voici grimpée sur la table .Elle s’allonge contre lui .Leurs peaux brillent et glissent  lubrifiées à loisir . Et commence une savante danse en corps à corps étroit, en rythme lent comme un serpent qui ondule et cherche à s’enrouler autour de sa proie . Il sent ses courbes remplir ses creux naturels , il sent la légèreté de ce corps de femme qui exprime à la fois l’envie et le désir mais aussi la faim de satisfaire l’appel des sens échauffés , réveillés et qu’on sait faire attendre , couver , se consumer . Elle lui fait écarter les cuisses et se love assise sur ses genoux entre elles . Le ballet continue uniquement avec le haut de son corps et il semble qu’elle devienne pieuvre . L’impression de huit mains se déplaçant à une vitesse vertigineuse , ne laissant aucun répit à tous ses récepteurs sensitifs . Il la perçoit à la fois sur tout son corps, sa nuque, sa ligne d’épaule , son cul , ses bras .

Mais des manœuvres se précisent . Elle encercle ses fesses en mouvements rotatoires, ah non ellipse qui devient spirale inversée . Oh les mains deviennent plus précises , l’une posée,  sur son scrotum et ses bourses qui lui sont offertes tandis que l’autre investit son anus .une pulpe doucement y dessine des florilèges , comble pour ce bouton de rose, cet œillet . Elle lui compte fleurette et guette un signal de sa part , un consentement .  Poussant son cul en arrière , cambrant les reins , il l’invite à poursuivre . Le doigt devient léger comme une plume et commence à s’introduire avec délicatesse . “respire , à ton rythme , inspire , expire » lui dit-elle . Suivant ses mouvements respiratoires il contracte ses muscles « intimes » et hop du coup c’est lui qui avale son doigt . L’autre main continue son manège s’insinuant un peu plus pour pouvoir caresser sa verge , revenir sur ses boules tandis que l’autre doigt a touché » enfin sa cible >. Chaloupant , tanguant  de ses hanches elle le guide dans un tempo un peu plus précis . Sa cible , cette petite boule qu’elle sent au fond de son tunnel de chair , le point P . Elle se courbe lui déposant de doux baisers entre les omoplates et tandis qu’ils naviguent ainsi sur la vague de ce qu’il monte en lui , une onde de plaisir si différent de celui donné par sa queue virile . Et ça monte en intensité, ça grossit comme un flot qu’on ne peut canaliser . C’est pourtant des sensations si insidieuses pour un néophyte, Elle lui a enseigné , il le maitrise maintenant , il commence à ne pouvoir résister , La pression exercée sur sa prostate , l’envie de jouir ainsi , la raideur de sa queue coincée dans la position ventrale  et elle qui continue à bouger sur lui comme dans un simulacre de coït lent , puissant encore et encore .. Et c’est l’orgasme qui arrive , il gémit , une bouffée de petits spasmes , elle ne le lâche pas , diminue la pression mais ça reprend encore et ohhhhhhhhhhhhh comme une femme il jouit en chapelets , les enchainant les uns après les autres . Délicatement elle s’échappe alors de son étui de chair brûlante , s’allonge une dernière fois sur lui et glisse telle une anguille avant de descendre de la table .  » Bon retour à la maison , je vous laisse récupérer un moment et je vous sers un verre dans le salon , à tout de suite » Elle sort de la pièce où il flotte encore dans l’air son parfum, celui de l’huile et les grains de son rire avant qu’elle n’ait franchi la porte .

Laisser un commentaire